Dépistage des toxicités
 
La toxicité des médicaments est liée non pas tant à la dose administrée qu’à l’exposition de l’organisme au médicament, c'est-à-dire à la concentration plasmatique. Or, pour une même dose administrée à différents patients, les concentrations plasmatiques vont varier, notamment pour le 5-Fluorouracile (5-FU) d’un facteur 1.
 
Aujourd’hui, les fluoropyrimidines sont à l'origine de 3% de toxicités graves de grade IV dès la première ou la seconde administration et de 0,3% de mortalité, soit 300 décès annuels. On rapporte lors de ces traitements un total de 20 à 25% de toxicités de grade III-IV.
 
 
PlasmaC_Screening_doctor1.jpg

 
 
Le 5-FU est métabolisé par une enzyme, la dihydropyrimidine déshydrogénase (DPD). Ce métabolisme est lié au gène de l’enzyme lui-même et à des facteurs personnels.
 
Cette variabilité inter-individuelle n’est pas du tout prise en compte dans les traitements actuels et sa non-considération fait courir aux patients des risques de toxicité ou à l’inverse d’inefficacité.
 
 
Prévenir des toxicités graves avec ODPM Tox™
 
ODPM propose une personnalisation du traitement par deux approches complémentaires et indispensables :
 
>   un dépistage génétique qui recherche des variations du gène de l’enzyme et
>   un dépistage phénotypique (UH2/U) qui évalue l’activité de l‘enzyme DPD.
 
Ces approches ont été validées chez plus de 17.000 patients.
 
ODPM, grâce à ces approches, évalue pour chaque patient les risques toxiques avant le traitement et propose la première dose de 5-FU qui pour lui sera efficace et non toxique.
 
 
Pour en savoir plus :
 
 
 
Références :

 

1 - Dihydropyrimidine dehydrogenase deficiency and toxicity to fluoropyrimidine. 
Boisdron-Celle M, Morel A, Gamelin E. 
Ann Biol Clin. 68(1), 27-32 (2010).


2 - Detection of dihydropyrimidine dehydrogenase deficiency before treatment by fluoropyrimidines.
Gamelin E, Boisdron-Celle M, Morel A. 
Therapie. 62(2), 99-103 (2007).

 

3 - 5-Fluorouracil-related severe toxicity: a comparison of different methods for the pretherapeutic detection of dihydropyrimidine dehydrogenase deficiency.

Boisdron-Celle M, Remaud G, Traore S et al. Cancer Lett. 249(2), 271-282 (2007).


4 - Clinical relevance of different dihydropyrimidine dehydrogenase gene single nucleotide polymorphisms on 5-fluorouracil tolerance.
Morel A, Boisdron-Celle M, Fey L et al. 
Mol Cancer Ther. 5(11), 2895-2904 (2006).


5 - An accurate dihydrouracil/uracil determination using improved high performance liquid chromatography method for preventing fluoropyrimidines-related toxicity in clinical practice.
Remaud G, Boisdron-Celle M, Hameline C et al. 
J Chromatogr B Analyt Technol Biomed Life Sci. 823(2), 98-107 (2005).


6 - Correlation between uracil and dihydrouracil plasma ratio, fluorouracil (5-FU) pharmacokinetic parameters, and tolerance in patients with advanced colorectal cancer: A potential interest for predicting 5-FU toxicity and determining optimal 5-FU dosage.
Gamelin E, Boisdron-Celle M, Guérin-Meyer V et al. J Clin Oncol. 17(4), 1105-1100 (1999).

 

7 - Dihydropyrimidine dehydrogenase and fluoropyrimidines: a review of current dose adaptation practices and the impact on the future of personalized medicine using 5-fluorouracile.

Boisdron-Celle M, Biason P, Gamelin E et al. Colorectal Cancer 2(6), 1-11 (2013).